2012-2107 : L’évolution

◄ Préc.
Suiv. ►


Entre 2012 et 2017, des serres ont été construites et des améliorations ont été faites sur l’irrigation.

Pour faciliter les semi’s directs et les cultures d’hiver, nous avons installés du matériel d’aspersion dans les serres et en extérieur.

Également nous nous sommes équipé d’un semoir à main de précision et de divers outils à main pour l’entretien des cultures. Un peu de professionnalisation du matériel !
5003 (117)
5003 (105)
L’une des évolutions majeures est inspirée par Jean Martin Fortier, le canadien qui a écrit le livre « Le jardinier-maraîcher ».

Les informations qu’il donne nous ont permis d’améliorer l’organisation des cultures en jouant sur l’optimisation de l’espace, du temps de travail et des ressources en eau et en fertilisation.

La rotation des cultures est devenue plus efficace en faisant se succéder cultures après cultures.
Il utilise des techniques de travail à la main qui nous conviennent bien et s’adaptent à notre fonctionnement initial.

On peut en effet cultiver en traction animale en faisant des planches semi-permanentes grâce aux outils Prommata pour le gros du travail, le reste se faisant à la main.

On utilise la grelinette pour entretenir l’aération du sol sans détruire les planches surélevées (de 10 à 15 cm). Et si besoin un passage léger de motoculteur permet d’affiner la terre. Dans ce cas, on redonne un coup de grelinette pour casser la semelle qu’aurait pu faire les fraises du motoculteur.
Pour fertiliser nos sols, notre éthique bio locale nous amène à vouloir utiliser des ressources produites à Sem la graine : engrais vert, fumier d’âne, bois de forêt proche, et autour de chez nous, du fumier d’éleveur par exemple.

Ce n’est pas si simple de trouver en quantité suffisante cette nourriture du sol équilibrée et adaptée. Beaucoup de remises en question, de recherches, d’expérimentations sont nécessaires pour mieux connaître le fonctionnement du sol, sa vie microbienne et apprendre à la nourrir pour qu’elle nourrisse à son tour les plantes.
Concrètement, nous avons organiser des chantier participatifs pour la création de buttes dites « de permaculture » avec du bois décomposé et du mulch des végétaux qui poussent autour des parcelles maraîchères.
IMG_1939p
Actuellement nous préparons du Bokashi (matière organique fermentée) et pulvérisons des EM (micro-organismes efficaces).

En complément et jusqu’à être autonomes en Bokashi, nous utilisons du tourteau de tournesol bio (riche en azote) et de l’orga3 (divers matières organiques végétales et animales qui apportent une nourriture équilibrée en oligo-éléments, magnésium…).

Nous utilisons de plus en plus de graines provenant du Potager de Santé de Pascal Poot et apprenons à faire des semences en suivant ses conseils.
Au printemps 2016, nous avons débuté le chantier pour notre hangar en coulant une dalle en béton de 110 m².
IMG_1788p
IMG_2246p
Plus tard, la charpente en bois du hangar a été posée en autoconstruction.
◄ Préc.
Suiv. ►