Traction animale moderne


À l’ère des tracteurs, qu’est-ce que la traction animale dite moderne ?

P1010629p
C’est un ensemble d’évolutions technologiques adaptées aux petits paysans.

Pour commencer, un porte-outil très pratique et très maniable (pour nous la Kassine) qui est munit d’un guidon ergonomique et d’un réglage pour choisir l’angle et la profondeur de travail de l’outil. Résultat, l’effort physique que le paysan doit fournir pour utiliser le matériel est nettement réduit de ce qui existait avant les années 50. Aujourd’hui, un enfant peut utiliser ces outils et on voit en Afrique des femmes travailler en portant leur nourrisson.

Ensuite, un choix d’outils polyvalents pour tout faire dans le jardin. Très faciles à interchanger, ils sont conçus à la demande des utilisateurs pour réaliser les différents travaux que nécessite la terre : vibroculteur, multiculteur, billonneuse à disques, sous-soleuse, trisoc, buttoir sillonneur, herse étrille, arracheuse de pommes de terre.
Les disques billonneurs permettent de créer facilement des buttes régulières et parallèles. En travaillant par couche de 10 cm nous évitons la semelle de labour et respectons la vie microbienne du sol. Le tracteur en utilisation régulière tasse le sol et éloigne l’homme du contact direct avec la terre.

P1030469p
La simplicité de conception de ce matériel le rend bon marché et permet aussi de le construire soi-même. Cela représente un faible coût d’investissement en comparaison avec l’achat d’un tracteur, des outils, de l’entretien et des assurances. Résultat, il n’est plus nécessaire de s’endetter pour travailler la terre avec des outils performants.

La traction animale moderne c’est à la fois économique et écologique. Acceptant les animaux de tous gabarits, elle peut être utilisée dans le monde entier.

Cette simplicité et cette polyvalence ont ainsi permis à la traction animale de rentrer dans l’ère moderne.

Avoir des animaux de trait offre aussi d’autres avantages :
- la possibilité de faire son propre fumier pour nourrir la terre,
- l’entretien du paysage grâce au pâturage,
- la revalorisation des races de trait qui ont pratiquement disparu depuis l’industrialisation de l’agriculture.

Les animaux ont besoin de suffisamment d’espace sur lequel on doit installer et entretenir une clôture ainsi qu’aménager un abri pour les protéger des intempéries.

Au quotidien, prendre soin de la santé des animaux (les brosser, curer et tailler leurs sabots), les nourrir (du foin en hiver pour compenser le manque d’herbe), les éduquer et accepter d’apprendre d’eux est une responsabilité aussi merveilleuse que prenante.

SEM la Graine, agriculture biodynamique en traction animale

Lorsque je découvris la traction animale au cours d’un stage en 2006, le travail avec l’âne fut pour moi une révélation. L’attention nécessaire à une bonne harmonie entre l’animal, l’écoute de la terre et de moi-même devenaient des passions. De plus, les outils modernes et très pratiques à utiliser, étaient en accord avec les principes biodynamiques qui stimulent la vie microbienne afin que le sol donne le meilleur de sa force.

Je trouvais que cela correspondait à l’histoire d’amour que je voulais vivre avec la terre : nourrir des familles en étant en harmonie avec des méthodes culturales respectueuses de l’environnement. C’était le cocktail de rêve !

P1020525p
L’été 2010, l’arrivée de César et Florette à SEM la Graine annonçait pour nous le début de la traction animale. Ce sont des ânes pyrénéens qui une fois éduqués sont de fidèles compagnons de travail. Au mois de janvier 2011 la famille s’agrandissait avec la naissance du petit Joa.

Durant l’automne 2010, je prenais César au licol et quelques pas derrière lui, Thierry tenait la badine. Ainsi César ne pouvait pas reculé et de plus il était stimulé par le mouvement du bâton quand il ne voulait pas avancer. Au départ l’exercice durait quelques minutes car la capacité d’apprentissage et de concentration de l’âne est faible au début. Au bout d’un mois d’exercices progressifs, nous sommes arrivés à le mener toute une heure.

Grâce à ce temps passé avec l’animal, nous vivons une « asinothérapie » (thérapie au contact de l’âne). L’âne est très sensible et nous renvoie à ce que nous sommes dans nos émotions et nos comportements. On peut ainsi en fonction de ses réactions savoir ce que nous avons à changer en nous. Par exemple, s’il se braque face à nos ordres et que nous insistons sans résultat, il amène à voir que nous sommes un peu buté dans notre façon de faire et il nous encourage à changer. Il a besoin d’affection et de fermeté, c’est donc à nous de nous adapter. Il nous demande d’être attentif à l’environnement qui nous entoure. L’âne, par ses réactions nous permet de prévenir d’éventuels dangers. Très sensible au mouvement brusque, il est un excellent éducateur pour les enfants et les adultes qui apprennent à ses cotés à devenir calmes et posés.

IMG_1857p
César commença le travail de la terre au printemps 2011 sur la parcelle destinée aux pommes de terre. Le sol qui n’avait jamais été cultivé était compact, enherbé et plein de racines d’arbres. Un tracteur est venu passer le cultivateur ce qui allégea beaucoup notre travail.
La difficulté pour César était de marcher droit dans des sillons étroits tout en déployant sa force car il y avait des grosses mottes et il perdait l’équilibre. Il prouva ses capacités et ses progrès en réalisant les buttes à pommes de terre.

Ce fut un défi mené avec Thierry, grâce au soutien de Pascal et les encouragements de chacun ainsi qu’une bonne dose de persévérance. En 2012, il peut travailler facilement 1h30 le matin et le soir.


En 2011 nous fîmes notre apprentissage et maintenant nous sommes récompensés par un César bien présent dans le travail.

DSC00494p